Software Testing

Nos services de software testing (régie et forfait) satisfont les besoins des chefs de projets (de test) qui souhaitent sous-traiter tout ou partie de leurs projets– pour organiser, gérer, coordonner la préparation, la mise en œuvre ou l’exécution des tests.

La stratégie de software testing de Kern RH : UNE METHODOLOGIE en 9 ETAPES

 

1. Définition du périmètre des tests et d’intervention de la recette (conformité aux spécifications fonctionnelles et techniques).

Il s’agit ici de définir les éléments qui seront testés et ceux qui seront exclus tout en apportant bien sûr les raisons.



mise-sous-pli

2. Analyse de tous les risques possibles.

L’analyse des risques permet de prioriser et d’adapter l’effort de recette sur les fonctionnalités nouvelles ou les plus complexes du logiciel via une évaluation des risques. Le niveau de risque est alors estimé en fonction des impacts du métier, sa complexité fonctionnelle et de sa probabilité de défaillance en termes d’occurrence.


faconnage

3. Détermination des possibles types de tests à faire.

La typologie de tests est variée dans les projets classiques (dit Cycle en V), c’est ainsi que nous distinguons les tests unitaires, les tests d’intégration ou les tests de validation ou tests fonctionnels.

Figure ci-dessus :  Phase de définition des tests dans le cycle de « développement en V »

En plus des différents types de tests cités plus haut, nous distinguons d’autres types de tests que nous devons également prendre en considération pour élaborer notre stratégie de tests.



4. Préparation du plan test (planning).

Le plan de test recense les objectifs et les moyens pour réaliser les tests. Il permet l’organisation technique des tests, il planifie leur déroulement dans le temps et définit les points de repère, en particulier les conditions d’arrêt. Il sert aussi de document de validation de la qualité finale du logiciel et fait partie des documents contractuels du projet, au même titre que les spécifications techniques ou les besoins fonctionnels. Il est conçu par le responsable des tests et validé par le chef de projet.


5. Pilotage et suivi.

Il s’agit ici de définir toutes les instances et indicateurs qui permettront de suivre les activités de tests dans leurs ensembles :

→ Les réunions, conférences téléphoniques en ligne et leur périodicité concernant des anomalies.

→ Les indicateurs de suivi doivent être remontés aux différentes instances.

→ Décrire le workflow des anomalies avec son RACI

 


6. Définition des moyens de tests matériels et des ressources humaines à mettre en jeu

Les acteurs rencontrés sont :

→ Le Chef de test, c’est la personne qui a une vision globale du projet.

→ Le concepteur des jeux d’essai. Sur  un projet de recette fonctionnelle portant sur la gestion des risques professionnels, des jeux d’essai sont à concevoir. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les spécifications fonctionnelles détaillées.

→ Les testeurs qui sont des personnes impliquées dans le développement du projet. Par expérience, il s’agit le plus souvent des personnes liées au métier.

Les moyens et tests matériels reviennent à :

           → Définir l’environnement de test (couramment appelé environnement d’homologation ou de qualification) dans lequel on pourra effectuer librement tous les différents tests.

          → Définir les outils matérielles et logiciels que l’on va utiliser à savoir les PC, les logiciels…

          → Définir les outils de production et de support (les outils open sources…).

          → Qualifier les fiches d’anomalies, il s’agit ici de se mettre d’accord sur la façon dont seront réalisées les corrections d’anomalies et par qui (soit la MOE, MOA, AMOA). L’outil open source utilisé pour le suivi des anomalies est « Mantis ».


numerisation

7. Établissement d’une stratégie de jeu de campagnes.

Cette étape consiste à déterminer la priorisation et enchaînement des campagnes et des scénarios dans le projet.


8. Prévision de contraintes budgétaires. (Estimations)

Dans le cadre de notre méthodologie de software testing cette étape indispensable consiste à estimer les charges et les coûts dans le projet.


9. Reporting

Les différentes parties prenantes lors des tests (testeurs, clients, développeurs…) sont grandement intéressés par le reporting car il permet de les informer par le biais de rapports d’avancement, de statistiques et de graphiques dans l’optique de pouvoir répondre à leurs interrogations et les aider dans la prise de décisions en ayant les informations adéquates. Ceci constitue notre dernière étape avant validation du software testing.